Archives Mensuelles: juillet 2014

The hangover

Malaysia Airlines Ukraine Crash Slideshow 02

Pas plus tard qu’hier soir, un « évènement » m’a tenu en éveil…

Consternation… Incrédulité… Colère… J’ai soudain l’impression d’avoir une gueule de bois énorme. Quand on voyage, on pense pas à ces trucs là. En général, on est excité de partir à l’aventure, on pense aux proches, à ce qu’on fera une fois sur place… On croit certainement pas que les guerres peuvent nous stopper. Au contraire, on se sent tellement invincible qu’on se permet de faire un peu d’humour… Comme ce néerlandais qui a posté une photo sur Twitter de son avion accompagné du message : « Voilà à quoi il ressemble s’il disparaît ». Sauf que voilà, c’est arrivé.

Comment est-ce possible bordel ? Un missile aurait été tiré sur un vol civil ? Vraiment ?! Un Malaysia Airline en plus… Comme si ça ne suffisait pas pour la compagnie d’avoir pommé un avion quelque part dans l’océan Indien… Et v’la maintenant que les pro-séparatistes et les ukrainiens se balancent la faute tour à tour, tels des enfants de 4 ans, en racontant des histoires toutes aussi insensées les unes que les autres. Une a quand même eu le mérite de me faire marrer. C’est celle de l’avion de chasse ukrainien qui aurait abattu le Malaysia Airline, pensant qu’il s’agissait de l’avion de Poutine, avant d’être lui même détruit par les pro-séparatistes… Digne d’un scénario hollywoodien quoi !

Trop haineux, les intérêts et les buts de ce monde… Où va-t-il d’ailleurs ? Désormais, c’est comme au loto. A qui le tour ? Quelle que soit la race, quel que soit le sexe ou l’âge, n’importe qui peut être le prochain. Et même si la probabilité pour que je me prenne un missile Bulk dans la tronche est plutôt faible, c’est avec cette idée là que je vais prendre mon avion pour la France dans quelques 36 heures. A moins que Rammasun n’en décide autrement…

Et vous, comment réagissez-vous ?

1621623963_crash_de_lavion_de_la_malaysia_airlines_en_ukr

Au coeur de la culture indonésienne

IMGP8896

Deux heures après avoir décollé de Labuan Bajo, me voilà à Yogyakarta. Seul cette fois-ci. Mael préférait profiter du soleil, de la Bintang et des cocotiers pour ses vacances, ce que je conçois largement. Quentin a préféré rester avec lui et pour ma part, c’était impensable de ne pas faire un tour dans cette ville, connue pour être un des hauts lieux de la culture indonésienne. J’avoue également que me retrouver seul de temps en temps n’est pas pour me déplaire.

Et ma foi, je ne suis pas déçu ! En arpentant le quartier Marlboro, ses magasins de batik et de souvenirs, ses petits bouis-bouis où il fait toujours bon prendre un nasi goreng, je suis abordé par Leo. Pas vraiment commun comme nom par ici. Voyant qu’il me pose d’autres questions que les habituels « Where are you from ? », « What are you doing in Jogja ? » ou encore « How long are you here ? », je n’esquive pas la conversation et fait un bout de chemin avec lui. Sans vraiment avoir de but précis. On parle un peu politique et j’apprends que les élections présidentielles indonésienne ont lieu dans un mois. Et à mon grand étonnement, il n’y a que deux candidats : un ancien général de la dictature de Suharto, et un certain Jokowi, que Leo a l’air d’apprécier. Jokowi, en refusant les avantages et salaires de la fonction de maire de Surakarta (500 000 habitants tout de même), est devenu un symbole de la lutte contre la corruption. Etant donné que l’Indonésie est un des pays les plus corrompus, nulle doute que les résultats des élections devraient être sans appel.

images

Finalement, Leo m’emmène dans une école où les étudiants apprennent l’art du batik (dessins à la cire sur des tissus) et de la poupée wayang (poupées utilisées lors des théâtres d’ombre indonésiens). Ca tombe bien, c’est exactement ce que je voulais voir ici ! Et j’en suis ressorti assez bluffé. Aucun élément n’est laissé au hasard sur ces poupées : chaque détail possède sa propre interprétation. Même les couleurs, bien qu’elles soient utilisées pour des théâtres d’ombre.

J’ai même pu assister à une « pièce » le soir même. Je dois avouer que c’est quand même assez spécial, et c’est mieux d’avoir de la patience. Une bonne dizaine de touristes ont quitté la salle au moins une heure avant la fin. J’avoue que certains passages étaient plutôt (très) longs. Peut-être que je suis tombé sur une pièce pas très palpitante, mais paraît qu’il existe quelque chose appelé « respect ».

Le lendemain, je file pour Borrobudur. Le plus grand temple boudhiste au monde ! Après un lever de soleil foireux, merci le brouillard, je décide de redescendre la colline tôt pour arriver au temple avant la foule. Fail, je dois être le centième visiteur. Je me fais même accoster par des indonésiens pour être pris en photo avec eux. J’atterrirais très probablement quelque part sur Twitter ou Facebook, mais soit… Malgré tout, ce monument, avec ses 504 bouddhas et ses fresques contant les efforts du prince Siddharta pour devenir Bouddha, reste tout de même agréable à explorer et inspire une certaine tranquillité.

Lors de mon troisième et dernier jour à « Jogja », je renonce à escalader le volcan Merapi pour me reposer au bord de la piscine de mon hôtel. Mine de rien, voyager, ça fatigue ! Et je préfère être en forme avant d’attaquer mon dernier trajet : la triplette Cambodge – Laos – Vietnam !

 

%d blogueurs aiment cette page :