Great Ocean Road

DCIM102GOPRO

Jour 1

« Au fait, comptez sur quelqu’un d’autre la semaine prochaine ! ». C’est ce que j’ai dit à la fin de mon dernier shift à la plonge de mon resto italien. Trop facile de partir… Il ne me reste plus qu’une journée avec mon boulot de déménageur et je pars, enfin, avec Quentin pour parcourir la Great Ocean Road. Mais qu’elle est longue ! Ca se passe dans des bâtiments du gouvernement qui s’occupent de l’analyse de déchets radioactifs ou un truc comme ça. Si j’étais à la place de ces gens qui y travaillent, ça ferait longtemps que jme serais balancé au bout d’une corde. L’atmosphère est vraiment, mais alors VRAIMENT, déprimante. Et ils étaient d’une lenteur… Bref, interminable.

Et une fois la journée finie – Hallelujah ! – des cordes se sont mises à tomber une fois le pied dehors. Un peu genre « Bienvenue chez les ch’tis » lorsque Kad passe devant le panneau Nord-Pas-de-Calais. Plutôt prometteur ce roatrip ! Je finis par rejoindre Quentin qui m’apprend que la voiture n’est pas vraiment comme sur le site internet. On s’attendait à un truc du genre break, mais ça sera à bord d’une Suzuki Alto que nous partirons à l’aventure. Première étape : Torquay, où nous passerons simplement la nuit. Plutôt sympa la nuit d’ailleurs. On découvre comment s’installe le lit sous une pluie battante, et dans la pénombre. Et on s’aperçoit aussi que l’endroit que nous avions sélectionné sur Wikicamp n’était finalement pas autorisé pour y passer la nuit dans la voiture. Tant pis, on se « cache » avant de se lever à 5h du matin. Juste histoire qu’un ranger ne toque pas à notre porte pour nous coller une jolie petite amende de 185$. L’Australie ? Pays de la liberté ? Lol.

IMGP7749

Jour 2

5h du matin. Réveil dans la douleur. Mais quand il le faut, il le faut. On met 15 minutes à démonter le lit et à tout ranger. New record ! On progressera encore au fil des jours. Puis on se dirige vers le mythique spot de surf de Bells Beach pour voir le lever du soleil… Gros nuages noirs, pas de vague. Le ciel se dégage tout de même très vite pour offrir une jolie lumière au dessus des nuages. Ouf, on n’a pas tout perdu !

J’avais même mis ma GoPro en mode timelapse mais une intelligence supérieure s’est amusée à la prendre dans ses mains (et a probablement pensé partir avec) avant de réaliser qu’elle était en marche. Voilà le coupable !

DCIM102GOPRO

IMGP7789Puis nous prenons la route de Port Campbell et ses « douzes » Apôtres. Sur la route, nous passons à côté d’une plage déserte où nous décidons de piquer une tête, nous observons des koalas non loin du Koala Cove Café de Kenneth River et faisons une halte à Apollo Bay pour manger un truc, se balader le long de la plage et du port de pêche et surtout, profiter des premiers rayons de soleil et de l’ambiance très relax des lieux malgré le défilé des bus de touristes (chinois).

Pour les éviter, on décide d’ailleurs d’aller un chouia plus loin, du côté de Peterborough, pour revenir ensuite vers les Apôtres en fin de journée. Plus ou moins une réussite d’ailleurs. Oui, on a évité les hordes de touristes. Pour la vue, on repassera. Heureusement, on a pu voir des trucs tout aussi sympas comme Loch Ard Gorge, le London Bridge et le Grotto. Pour la petite histoire, Loch Ard Gorge tient son nom du naufrage du Loch Ard. Il y eut seulement 2 survivants (sur les 54 personnes à bord), Tom Pearce et Eva Carmichael, qui ont été secourus par des fermiers.

Voilà pour la parenthèse. Nous commençons ensuite à prendre la route du retour direction Johanna Beach, où cette fois-ci nous camperons sans stress ! Nous avons même droit à la fin d’un coucher de soleil !

IMG_2700

Jour 3

Le programme d’aujourd’hui est essentiellement de la randonnée. Je bougonne un peu vu que les conditions étaient plus que bonnes pour surfer mais c’est ça aussi de voyager à deux. On fait des trucs que l’autre a pas forcément envie de faire. Je ne me suis pas trop voilé la face quand Quentin m’a dit que la rando ne prendrait que 2 petites heures et que je pourrai surfer après. Mais au final, j’ai quand même kiffé !

On a donc pris la route du Cape Otway pour aller au phare. Puis on a fait demi-tour une fois sur place. 20 dollars pour monter en haut d’un phare, faut pas abuser. En plus y’en a des mieux en Bretagne ! On est content quand même, on « spotte » encore d’autres koalas sur le chemin. Je sais pas pourquoi, mais je trouve toujours ça sympa d’observer la vie sauvage. Et en Australie, entre les kangourous, les émeus, les serpents, les araignées, les scorpions, les echidnas et les opossums j’ai été plutôt servi ! Mais j’ai toujours hâte à mon premier croco !

IMGP7837

On s’est ensuite arrêté au même endroit où nous avons piqué une tête la veille pour cette fois y faire la rando qui s’y trouvait. Et ça grimpe pas mal ! Mais on a été récompensés par des vues superbes sur la Great Ocean Road.

On se fait ensuite un barbeuc’ à Lorne avant de se diriger vers le campground de la Big Hill Track. Pas un trajet de tout repos d’ailleurs ! Le GPS s’obstinait à nous faire emprunter des routes inexistantes, et tellement en pente qu’on calait même en première… Je sais qu’on est obèses Quentin et moi et qu’on se trimballe 100kg de bagages chacun, mais quand même ! C’était d’autant plus frustrant qu’on s’est fait narguer par un 4×4 quelques minutes plus tard qui a grimpé la côte sans broncher. Bref, on a regardé une carte pour nous y rendre. En 10 minutes on y était. Nous y rencontrons Julian et Emmanuelle, un couple de belges, Tobias, un allemand (sans blague), et Phil, un gallois qui nous ont invité à discuter autour d’un feu de bois. On y parle de nos précédents voyages. La Thaïlande et le Cambodge pour Quentin, l’Angola pour les belges ou encore l’Afrique du Sud pour moi. Toujours un plaisir de partager ses expériences. Phil lance ensuite un débat footbalistique. Qui s’est plus transformé en auto débat vu qu’il ne laissait la parole à personne. Un petit peu trop « moi je » sur les bords celui-ci… Du coup, on s’est vite couché !

Jour 4

On sent que c’est la fin. Pas vraiment le temps de surfer. De toute manière, le temps (l’autre) est dégueulasse et les condi étaient peut-être un peu grosses pour moi. La mission du jour fut donc de trouver un endroit où nettoyer la voiture avant de la rendre à l’agence, et de trouver une chambre en auberge pas trop chère à Melbourne. On s’est posé à Geelong pour un énième barbec’ et on a commencé à appeler des auberges. Full, full, 44$, 46$… Alors déjà que j’aimais pas beaucoup la Formule 1 avant, mais là je la hais. Grand Prix d’Australie = hausse (et c’est peu de le dire) des prix des auberges… C’est donc à contrecœur qu’on paye 44$ pour une chambre de 12. La mission nettoyage de la voiture est, quant à elle, réussie et nous rendons la voiture sans accroc à l’agence.

IMGP7619

La suite du programme : retour à Mazar pour une semaine puis Nouvelle-Zélande ! Can’t wait !

Publicités

Publié le 16 mars 2014, dans Australie, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :